Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2011-07-29T23:00:00+02:00

Terrienne / Jean-Claude Mourlevat

Publié par au-pays-des-livres

  thumbnail[4]-copie-1

Virgil, un homme âgé de plus de soixante-dix ans , croise sur la route, Anne, 18 ans, qui fait de l’auto-stop. Il s’arrête et la prend. Elle lui demande de l’emmener jusqu’à un croisement où apparaît un panneau : « Campagne 3.5km ».

Il recroise cette jeune femme au même endroit. Elle lui raconte qu’elle est à la recherche de sa sœur, disparue depuis le jour de son mariage, un an plus tôt. Pourtant, un jour qu’elle écoute la radio, Anne entend la fréquence se brouiller et être remplacée par la voix de sa sœur qui l’appelle à l’aide.

Quelques jours plus tard, par curiosité, il retourne vers ce croisement, mais le panneau reste introuvable.  

Anne utilise ce passage pour entrer dans un autre monde. Un monde où les terriens ne sont pas admis, où ils sont considérés comme la pire des vermines. Seules les terriennes  sont utiles .Elles sont séduites puis kidnappées et emmenées dans ce monde où elles seront mères porteuses avant de disparaître définitivement. Anne est persuadée que sa sœur est l’une d’entre elles.

 

C’est un roman où se mêlent le monde tel que nous le connaissons et un monde où les personnes sont « inhumaines ». Elles ne respirent pas, n’ont pas d’émotion, la nourriture est sans saveur. Les personnes qui sont lasses de vivre, s’assoient et attendent une patrouille qui les emmenera à Estrellas, sorte de camp de la mort.

Ce roman est écrit dans un style fluide, agréable. On se laisse emporter dans les recherches d’Anne pour retrouver sa sœur. Pourtant, la façon dont disparaissent les personnes m’a mise mal à l’aise. On peut penser aux camps de la mort durant la seconde guerre mondiale. Le transport en train, l’incinération…

J’ai eu la chance de rencontrer l’auteur à la bibliothèque où je travaille. Il était venu pour faire une lecture à haute voix de passages de ses œuvres. Il était en train d’écrire ce roman dont il cherchait encore le titre ! Et, en exclusivité, il nous avait lu le premier chapitre…

 

Voir les commentaires

2011-07-22T23:00:00+02:00

Oko, un thé en hiver / Mélanie Rutten

Publié par au-pays-des-livres

 

  images[4]

 

C'est en plein hiver. Tous les amis de Madeleine sont réunis. Elle vient de mourir, et ils viennent l'accompagner jusqu'à sa dernière demeure. Une fois la cérémonie terminée, ils se retrouvent chez elle, pour partager ensemble leurs souvenirs. Durant la conversation, les amis parlent d'un yéti qui se cacherait dans la forêt.

Oko, un bon ami de Madeleine, souhaite se retrouver seul pour se remémorer les bons moments où Madeleine lui faisait des gaufres pendant qu'il s'occupait de son jardin. Alors qu'il rentre chez lui, il fait une drôle de rencontre.

 

Un roman avec peu de texte, des illustrations douces. Il traite du deuil d'un être cher avec beaucoup de pudeur. Il a eu le prix sorcières 2011, dans la catégorie Premières lectures.

 

 

images[5]

Voir les commentaires

2011-07-15T23:00:00+02:00

Saga / Tonino Benacquista

Publié par au-pays-des-livres

thumbnail[1]-copie-2 

 

 

 

 

Quatre scénaristes très différents sont contactés pour réaliser une série nommée Saga. Elle est destinée à être diffusée à quatre heures du matin. IL s’agit plus de remplir un quotta de création française plutôt que de toucher le plus grand nombre de personnes.

Chaque scénariste a une personnalité bien définie. Il y a le « vieux » qui a de l’expérience, la romantique, le jeune homme qui s’est fait volé son travail et, pour finir le narrateur.

Ils ont pour consigne de créer 80 épisodes de trois quarts d’heure. Ils ne peuvent pas faire de scène extérieure et le nombre de personnage est limité.

Autrement, ils peuvent faire n’importe quoi. Alors, ils ne se privent pas. Et, au fil de leur imagination, ils font vivre des aventures  rocambolesques à leurs personnages.

Contre toute attente, leur série a du succès. Même, des fans se manifestent et leur envoient des courriers, les encouragent.

Les quatre scénaristes se lient d’amitié et se découvrent petit à petit.

L’histoire du départ est attirante. Mais, bien vite, je me suis rendue compte que ce roman est très dense. Je ne suis pas parvenue à entrer complètement dans cette histoire. Et, j’ai eu du mal à atteindre la moitié du roman. La deuxième partie du roman, je l’ai survolée. J’avais déjà essayé de lire un roman de Tonino Benacquista. C’était « Malavita ». Mais, pareil, j’avais souffert durant la lecture !!

Voir les commentaires

2011-07-08T23:00:00+02:00

Un flingue et du chocolat / Otsuichi

Publié par au-pays-des-livres

 

 

 

ALMHS5WCAKL4Z1TCAY7TYU7CAU5JU9UCAC2U3JXCAF2C5JGCAZ5OT86CAQH

 

 

 

 

Un garçon, Lindt, vit avec son père et sa mère, dans une ville appelée Michel. Ils sont pauvres et doivent faire attention à toutes leurs dépenses.

Dans la ville, sévit un cambrioleur, appelé Godiva. Il en est à, au moins, vingt vols. Tous de grande valeur. Un enquêteur, nommé Royce, est sur le coup. Il est souvent représenté dans les journaux, avec une grosse loupe à la recherche des malfaiteurs.

Ces deux personnages sont des héros pour tous les enfants de la ville. Et, tous rêvent de les rencontrer.

Un jour, le père de Lindt, l'emmène faire quelques achats pour la maison. Ils achètent du poivre et avec l'argent restant, son père lui achètent une Bible. A l'intérieur, Lindt trouve un plan. Il pourrait appartenir à Godiva. Il contacte le célèbre policier qui répond à sa lettre.

 

Ce roman m'attirait beaucoup, au début. Etant une petite gourmande, j'ai remarqué qu'il y avait des références au chocolat. Déjà dans le titre et dans le nom des personnages (Lindt). Pour les autres noms, une recherche internet s'est imposée. Mais, il est sûr que l'auteur a mis un cadre chocolaté à son histoire !

Au bout de la lecture, j'avoue que j'ai été un peu déçue. Histoire policière, roman d'aventure, j'aurais bien voulu me laissée prendre dans les aventures de ce jeune homme. Mais, des passages sont trop tirés par les cheveux pour passer. Des retournements de situations sont trop faciles. A la fin de ma lecture, il m'a laissée un goût un peu trop sucré...

Pour finir, le livre en lui même fait un peu vieux. Je m'explique. La couverture ne m'a pas attirée et s'il n'avait pas été présenté par des bibliothécaires qui ont bon goût, je ne l'aurais pas ouvert. Les pages sont un peu jaunies comme dans les livres anciens. La première et dernière de couv' sont cartonnées, comme les livres de vieille édition.

Mais, il fait partie de la sélection du Prix Nord Isère dans la catégorie adolescents. C'est à dire qu'il a été retenu parmi d'autres livres. Donc, peut-être suis-je passée à côté. A vous de me donner votre opinion.  

Voir les commentaires

2011-07-01T23:00:00+02:00

Bou et les trois zours / Elsa Valentin (Illustriatrice : Ilya Green)

Publié par au-pays-des-livres

 

  thumbnail[1]-copie-1

 

 

Je participe, pour la première fois, aux mercredis de l'album. Tous les premiers mercredis du mois, nous pouvons parler d'albums jeunesse et particulièrement des illustrations. Cette rencontre est organisée par Fleur. Son blog : albums-jeunesse.over-blog.com.

Pour ma première participation, les deux illustrateurs à "étudier" sont Ilya Green et Benjamin Lacombe. 

 

Je commence par l'album "Bou et les trois zours" dont l'illustratrice est Ilya Green.

 

Il s'agit du conte "Boucle d'or et les trois ours" revisité.

Le texte est construit avec des mots tirés de l'anglais, l'italien et surement du patois. Cela donne une sonorité particulière à lire à voix haute. Mais, personnellement, je ne me vois pas le faire en animation de classe.

 

Pour l'illustration, il y a beaucoup de couleurs vives.

Les couleurs comme le violet, l'orangé, le rose sont prédominantes.

Les dessins du fond sont simples, faits grossièrement, par traits épais.

Le personnage de la petite fille est plus fin. Elle est faite de couleurs contrastées : sa peau claire et ses cheveux noirs.

La dessinatrice a su lui donner de belles expressions comme lorsqu'elle est éblouie.

La petite fille découvre la nature avant d'aller dans la maison des trois ours. Et, on peut remarquer que les végétaux sont humanisés.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog